↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Bleech


Humble Sky


(22/04/2014 - Billie Records/Bucks Music Group - Alternatif/Britpop - Genre : Rock)
Produit par

1- Not Like You / 2- I Just Want You / 3- Love Is Free / 4- Isolate / 5- Marching Song / 6- Here I Am / 7- Sparks / 8- Light up the World / 9- Easy Ride / 10- Grow
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (3 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Les soeurs O'Neill transforment l'essai avec un second album enjoué et réussi."
Matthew, le 22/04/2014
( mots)

Dans un monde aseptisé comme le nôtre où la culture de l’instant tend à prédominer sur le reste, où l’on tente de faire passer la hype à la mode pour le son de demain, il est toujours appréciable de voir que certains groupes résistent encore et toujours à cette tendance. A force de patience, de concerts convaincants et portées par un premier album réussi, les sœurs O’Neill (Jennifer à la guitare et au chant, Katherine à la basse) bien aidées par leur acolyte Matt Bick (batterie) ont émergé petit à petit du le paysage musical anglais indépendant et ont su convaincre à la foi les amateurs de grunge et de pop, en proposant un cocktail de titres à la fois fougueux et mélodiques. C’est avec délectation que ces derniers ont donc appris la sortie de Humble Sky, deuxième opus du groupe qui doit lui permettre de s’affirmer en tant que formation sur laquelle compter pour les prochaines années.

Une chose frappe d’entrée lorsque nous insérons le disque sur notre platine: Bleech a définitivement lâché les chevaux. Guitares saturées, batterie lourde et basse distordue, le son contraste avec celui du précédent album Nude, comme si les sœurs O’Neill avaient décidé de tout emporter sur leur passage sans même demander l’autorisation au préalable. Si certains regretteront le manque de fougue, beaucoup se rejoindront de concert sur la puissance que dégage l’ensemble, tant la production est impeccable. Nous retrouvons tout de même les ingrédients qui ont fait la réussite du groupe, entre rock incandescent et mélodies entrainantes ("Not Like You", "I Just Want You") avec une voix toujours aussi envoutante, suave et sexy à souhait, à mi-chemin entre Texas et Patti Smith. Cette recette fonctionne sur une bonne partie des titres de l’album ("Here I Am", "Light up The World") et ne nous laisse jamais sur notre faim tant l’ensemble est bien exécuté.

Si le premier album avait montré les limites du groupes sur les morceaux les plus calmes, celui-ci nous offre cette fois-ci des relaxations convaincantes ("Isolate"), sans trop de guimauve ni de violons dégoulinants. Le groupe s’offre même quelques escapades psychédéliques de plus bel effet ("Marching Song") et une ballade piano-voix qui fonctionne bien (« Grow »). Bien sûr, quelques titres moins réussis tronquent un ensemble ("Love Is Free") qui reste tout de même de très bonne facture, Bleech parvenant de manière remarquable à allier envolées mélodiques et énergie rock, un mélange qui fait cruellement défaut à beaucoup d’autres formations parallèles.

Nous pouvons affirmer sans trop nous mouiller que Humble Sky est un disque réussi dans son ensemble et ravira ceux qui sont restés bloqués dans les années 90. Les mauvaises langues diront que les sœurs O’Neill ne réinventent rien, mais force est de constater qu’elles le font avec brio, insolence et beaucoup de maitrise. To be continued.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également