↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Alice Cooper


Along Came a Spider


(29/07/2008 - Steamhammer - - Genre : Hard / Métal)
Produit par Greg Hampton Danny Saber

1- Prologue/I Know Where You Live / 2- Vengeance Is Mine / 3- Wake the Dead / 4- Catch Me If You Can / 5- (In Touch With Your) Feminine Side / 6- Wrapped in Silk / 7- Killed by Love / 8- I'm Hungry / 9- The One That Got Away / 10- Salvation / 11- I Am The Spider/Epilogue / 12- Shadow Of Yourself - Bonustrack / 13- I'll Still Be There - Bonustrack / 14- Salvation (Unplugged With String Section)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Le retour de la Veuve Noire"
François, le 11/07/2023
( mots)

Après avoir réalisé son entrée dans le XXIème siècle en empruntant un tournant Metal industriel, Alice Cooper décide de faire de la décennie celle du retour aux sources. Mais un retour aux sources qui ne se contente pas d’une nostalgie un peu pitoyable, puisque malgré les réminiscences assumées au style qui était le sien dans les 1970’s, l’artiste accomplit un important travail pour demeurer moderne et rester dans l’air du temps.


Along Came a Spider signe également la réconciliation d’Alice Cooper avec le format du concept-album. Il s’agit de narrer en musique l’histoire du tueur en série Spider (un hommage à la "Black Widow" ?) en quête de création d’une version arachnoïde du monstre de Frankenstein, avec autant de jambes et de bras que nécessaires – des membres bien sûr arrachés à ses victimes. Chaque titre est une lettre écrite par ce serial killer à la police, alors que ses plans sont contrariés quand il tombe amoureux de son ultime victime. C’est excessif, horrifique, grotesque : on est bien de retour dans le cabaret cauchemardesque d’Alice Cooper.


Accueilli par une narration féminine et une orchestration cinématographique qui installent le récit, l’auditeur retrouve ensuite la touche coopérienne des 1970’s quand le "Prologue" cède la place au titre "I Know Where You Live". Celle-ci est de mise sur de nombreux titres, parfois excellents comme "(In Touch with) Your Feminine Side", dont le pont en guitares jumelles est une bonne surprise, parfois téléguidés tout en étant efficaces ("Wrapped in Silk"), et parfois à la limite de l’auto-plagiat ("I’m Hungry" s'inspire beaucoup d'"It’s My Body"). Le théâtral "Salvation" rappelle même Welcome to my Nightmare, ici mis au goût du jour, et la ballade un peu kitsch "Killed by Love", qui évoque les Beatles en fin de carrière qu’on aurait américanisés, reste un exercice de style concluant dont le solo est parfaitement maîtrisé (en matière de mélodie, de son et de rythme, c’est sans appel).


À côté de cela, Alice Cooper conserve des souvenirs de ses périodes plus musclées, comme l’illustre le très lourd "Vengeance Is Mine", un titre de Metal moderne sur lequel Slash intervient ; il est l'un des deux invités prestigieux présents sur l’album puisqu’Ozzy chante sur le très bon "Wake the Dead", redoutable par ses son harmonica pleine d’effets et sa guitare acide – un morceau qui a tout du tube calibré à la fois rock et entêtant. Cette face Hard-rock/Metal moderne revient sur le final "I Am the Spider (Epilogue)" de façon convaincante, mais n’est toujours très originale ("Catch Me If You Can", "The One That Got the Way").


Along Came a Spider est donc un album représentatif de la discographie d’Alice Cooper dans les 2000’s : réaffirmation de son esthétique classique, maintien d’une orientation heavy moderne, tout cela pour un résultat honorable sans pour autant être inoubliable au-delà de quelques titres mémorables. De quoi faire vivre la légende, en somme.


À écouter : "Wake the Dead", "(In Touch with) Your Feminine Side"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Alice Cooper


Road


Critique d'album

Alice Cooper


Detroit Stories


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert