↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Accept


Balls To The Wall


(05/12/1983 - CBS / BMG - Heavy / Power / Speed - Genre : Hard / Métal)
Produit par Dieter Dierks

Note de 5/5
Vous aussi, notez cet album ! (6 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Great Balls of Leather"
François, le 26/08/2023
( mots)

Pionniers du Heavy Metal, les Allemands d’Accept demeurent pourtant, contrairement à l’adage, seulement prophètes en leur pays et désormais dans sa périphérie, le groupe ayant percé dans le reste de l’Europe grâce au très bon Restless and Wild sorti en 1982. Saisissant la muse au vol, le combo poursuit ce chemin prometteur qui lui ouvrira enfin la porte des États-Unis : lancé comme un boulet de canon dans les bacs, Balls to the Wall réalisera le rêve de tout groupe continental.


Seulement, là où certains représentants de la NWOBHM s’adaptaient aux exigences des stations FM pour conquérir l’Amérique, comme l’avaient fait les groupes de hard-rock ou de progressifs européens dans les 1970’s en glissant dans l’AOR, Accept ne négocie pas et maintient la rugosité et l’agressivité de son esthétique. Pire, il prend même des risques dans les thématiques abordées, qui avaient tout pour heurter une nation puritaine dont une partie de la population se levait déjà contre la musique du diable et ne supportait ni les mœurs légères ni le rouge trop égalitaire.


L’homosexualité déjà, abordée avec une tolérance volontiers subversive, s’affiche dès la pochette toute de cuir et de poils. D'une façon la plus explicite, c’est le thème du très bon "Love Child" au riff efficace, au refrain prenant et au solo mélodique. Accept avait affiché ses prises de position en la matière dans la presse et sur l’album qui se veut être un manifeste en faveur de l’égalité des droits et de l’acceptation des marges. Il y a encore des débats sur la signification du plus lourd et priestien "London Leatherboy", à savoir si le titre évoque les motards ou la culture gay underground (les cris dans l’introduction sont plutôt ambigus) – à la même époque, Judas Priest jouait également sur les double-sens à travers la plume de Rob Halford. La sexualité est aussi au cœur du du mid-tempo "Head Over Heels", éloge du voyeurisme nocturne dans les parcs célébrant une "giclée dans la nuit".


La révolution des masses, ensuite. Accept lance un appel au soulèvement des damnés de la Terre sur "Balls to the Wall" : il faut briser ses chaines et finir le travail avec une balle dans le mur. Ce morceau est à juste titre le tube de l’album, preuve en est de la reconnaissance obtenue auprès du public qui traverse les âges : riff simple mais marquant, refrain brutal renforcé de chœurs vigoureux et belliqueux, solo de guitare d’inspiration classique, pont sobre qui installe une montée en puissance finale. Une qualité que n’atteint pas le plaisant "Fight It Back", qui reprend à son compte une violence nihiliste dans ses paroles.


Avec plus de légèreté dans la thématique mais également plus de simplicité dans la composition, "Losers and Winners" reste irrésistible par son refrain grand-public. Accept sait rester efficace même quand il est moins singulier ("Turn Me On", où l’on note un bon solo en guitares jumelles, "Losing More Than You Ever Had", "Guardian of the Night"), ou en proposant une ballade à la joyeuseté inattendue ("Winter Dream").  


Meilleur représentant de la période la plus faste du groupe, Balls to The Wall est le témoignage de la grande époque d’Accept qui avait commencé avec Breaker et qui se poursuivra sur les deux prochains albums dans une dimension parfois plus aguicheuse. "God Bless Ya".


À écouter : "Balls to the Wall", "Love Child", "London Leatherboy"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Avr. 2024
26
Sortie d'album

Accept


Humanoid


Studio
Critique d'album

Accept


Too Mean To Die


Critique d'album

Accept


Restless and Wild


Critique d'album

Accept


Breaker


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert