↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Grim Reaper


Walking in the Shadows


(23/09/2016 - Dissonance Productions - NWOBHM - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Wings of Angels / 2- Walking in the Shadows / 3- Reach Out / 4- I'm Coming for You / 5- From Hell / 6- Call Me in the Morning / 7- Rock Will Never Die / 8- Temptation / 9- Thunder / 10- Now You See Me / 11- Blue Murder / 12- Come Hell or High Water
Note de /5
Vous aussi, notez cet album ! (0 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"La camarde est de retour"
François, le 05/02/2022
( mots)

Comme Angel Witch et Satan un peu plus tôt en 2012, Grim Reaper fait en 2016 son grand retour discographique après des décennies de silence depuis les années 1980. Le regain d’enthousiasme pour le Heavy traditionnel dans les 2010’s se traduit aussi bien par l’apparition de nouveaux groupes qui renouvèlent la scène (la NWOTHM) ou par la reformation d’anciens combos disparus, grâce aux redécouvertes permises par internet. 


Menée par Steve Grimmett, cette résurrection porte en partie son nom (Steve Grimmett’s Grim Reaper) tout en étant clairement dans l’héritage de la trilogie initiale. Preuve en est de la pochette qui voit le retour de la mascotte du groupe (qui n’est autre que la faucheuse en personne), figure incontournable de sa discographie, au moins autant que le félin des Tygers of Pan Tang ou Eddie pour Iron Maiden


Malgré une production modernisée, notamment au niveau des sons de guitare, Grim Reaper demeure ancré dans un Heavy traditionnel qui mise sur l’efficacité. "Wings of Angels" ouvre l’opus avec un riff classique mais garni de belles idées à la guitare ; à partir de là, les titres saturés et plus ou moins inventifs défilent, toujours relativement prenant, notamment grâce à des refrains accrocheurs (contrairement aux couplets qui restent plus classiques), et aux interventions guitaristiques intelligentes, mélodieuses (les soli sont d’une belle qualité). Il est difficile de ne pas dresser un parallèle avec Saxon, dans sa version classique comme moderne ("Walking in the Shadows", "Call Me In the Morning" …), ce qui est loin d’être un défaut tant ce pilier de la NWOBHM a su insuffler une dynamique remarquable à son esthétique dans les années 2010. Le côté grand-public, toujours géré avec minutie par le groupe (c’est-à-dire sans tomber dans le FM) depuis les 1980’s, est également  de la partie sur le réussi "Thunder". 


On notera que Steve Grimmett, chanteur charismatique et assez marquant dans les années 1980, se maintient à un bon niveau, si ce n’est quand il surestime ses capacités à monter trop haut dans les aigues ; comme Icare, on peut se bruler les ailes ("Wings of Angels") à vouloir atteindre des sommets vocaux un peu trop élevés (on pourrait dire la même chose pour "I’m Coming for You", où le problème est doublé d’un souci d’accordage entre les deux guitares au moment du solo). De petites limites qui ne remettent pas en cause l’essentiel de l’opus. 


En effet, Steve Grimmett’s Grim Reaper redonne vie à une formation culte de la NWOBHM de manière tout à fait honorable avec une collection de titres certes homogène mais taillée dans un Heavy traditionnel de très bon goût. 


A écouter : "Thunder", "Wings of Angels", "Reach Out"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !