↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Curved Air


Second Album


(09/09/1971 - Warner Bros - Rock progressif - Genre : Rock)
Produit par Curved Air

1- Young Mother / 2- Back Street Luv / 3- Jumbo / 4- You Know / 5- Puppets / 6- Everdance / 7- Bright Summer's Day '68 / 8- Piece Of Mind
Note de 2.5/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Second opus qui navigue entre l'excellent et l'anecdotique"
François, le 24/07/2021
( mots)

Dès leur premier album en 1970, Curved Air se démarquaient de ses confrères progressifs par trois traits stylistiques qui faisaient l’originalité de leur musique. Premièrement, la présence d’une excellente chanteuse, Sonja Kristina, à un poste habituellement dévolu au genre masculin (surtout dans le prog’ plus que dans le rock en général). Deuxièmement, la domination du violon électrique qui met en place les références appuyées à la musique dite classique (surtout le romantique Vivaldi sur Air Conditionning). Troisièmement, l’inclinaison pop-rock (aux relents de Nederbeat hollandaise) qui permet au groupe de composer des titres au potentiel tubesque indéniable qui ne négligent pas l’ambition dans l’écriture. 


Sans jouer dans la symbolique des chiffres, Curved Air est également organisé autour d’un trio : Sonya Kristina, évidemment, mais également Darryl Way (le violoniste) et Francis Monkman (à la guitare et aux claviers) qui se partagent de façon respective les deux faces de Second Album (1971) non sans frictions qui seront bientôt fatales au groupe. 


C’est du côté de Darryl Way qu’il faut se tourner pour apprécier les titres les plus immédiatement accrocheurs, notamment avec l’excellent "Back Street Luv" qui connut son petit succès à l’époque. Tout en gardant une réelle perspective progressive, notamment sur l’introduction aux claviers, le titre use de rythmes très entrainants, de lignes mélodiques au chant engageantes qui lui donnent son orientation pop. Il s’agit sûrement d’une des plus grandes réussites du groupe, bien plus qu’un "Jumbo" un peu pompeux et surtout monotone, d'un "You Know" répétitif et convenu, tout comme d'un "Puppets" qui ne décolle jamais. 


Progressif, l’album l’est indéniablement, et ce dès l’introductif "Young Mother". Celui-ci commence sur des lignes de piano analogique typiques des premiers temps du progressif, puis, étant massivement instrumental, aligne des chorus de violon et de claviers très inspirés (entre Yes, Caravan, et le space-rock). 


Cette direction artistique est surtout présente sur la seconde face, où les emprunts jazzy (au niveau de la batterie et du violon) rendent "Everdance" un peu expérimental, dans une veine Gentle Giant avec une touche klezmer, alors que "Bright Summer’s Day ‘68" s’avère assez insaisissable avec ses clavecins (on hésite à qualifier le morceau de simple blague). C’est surtout "Piece of Mind" qui retient l’attention. Sur plus de douze minutes, depuis l’ouverture orchestrale et cinématographique jusqu’à ses nombreuses inclinaisons classiques (du violon au piano), en passant par les petites digressions orientalisantes et jazzy. Curved Air s’engage dans la composition d’une longue pièce avec une belle maîtrise, l’ensemble étant relativement fluide et homogène. 


Sur ce second album, Curved Air offre un résultat ambigu : il y a de beaux élans progressifs aux deux extrémités, une pièce ambitieuse d’inspiration pop-rock de très haut niveau, mais un cœur d’album franchement anecdotique. Un manque d’équilibre entre l’excellent et le moyen qui nuit à un opus au potentiel inachevé (soit par manque de temps ou d’inspiration, soit par les conflits internes). Dommage. 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Critique d'album

Curved Air


Air Conditioning


Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également