↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Rolling Stones


Between the Buttons


(20/01/1967 - Decca - - Genre : Rock)
Produit par

1- Yesterday's Papers / 2- My Obsession / 3- Back Street Girl / 4- Connection / 5- She Smiled Sweetly / 6- Cool, Calm & Collected / 7- All Sold Out / 8- Please Go Home / 9- Who's Been Sleeping Here? / 10- Complicated / 11- Miss Amanda Jones / 12- Something Happened to Me Yesterday
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (22 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"La face cachée du génie stonien"
Guillaume , le 14/07/2023
( mots)

Between the Buttons est un album à part dans la discographie stonienne. Expérimentation honnie par Jagger himself en raison d’une production trop confuse à son goût ("Oh, je déteste ce putain de disque", tonne-t-il à l’envi), Between the Buttons laisse entrevoir leur trop méconnu talent de mélodiste, à cheval entre un certain classicisme pop - inhérent à l’époque - et un psychédélisme gentiment foutraque. Les aficionado.as de "Satisfaction", de "Jumpin’ Jack Flash" et autres tourneries Rythm’n’Blues gonflées aux stéroïdes seront quelque peu décontenancés.


Fin 1966, les Rolling Stones brillent de mille feux. Aftermath les a installés au sommet de l’élite branchée londonienne et la tournée afférente marche triomphalement à travers le Royaume-Uni (avec Ike et Tina Turner en première partie) et les Etats-Unis. En dépit de leur planning stakhanoviste, les cinq anglais trouvent le temps d’enregistrer de nouvelles chansons au sein des studios Olympic (qui deviendra avec le temps un de leur principaux QG). C’est une nouveauté pour eux, habitués à travailler dans l’urgence, entre deux bouillonnantes dates. Sous une pochette enveloppée d'un halo de brume psychédélique. Between the Buttons débarque en janvier 1967.


Composée exclusivement par Jagger (une grande première dans la carrière du groupe), "Yesterday’s papers" incarne le nouveau son Stones. Malgré les arrangements luxuriants où se noient clavecin, clochettes et chœurs adorables, cette énième saillie misogyne ne fait guère la farce avec une pauvreté d’écriture indigne du nouveau statut du groupe. Un comble pour les Stones qui prirent l’habitude par la suite, de laminer la concurrence dès le premier titre. "My obsession" ne rassure pas vraiment. Le morceau déambule comme un poulet sans tête sur un confus mur du son. C’est cette impression de flou artistique qui a tant agacé Jagger. Les heures de Andrew Loog Oldham, leur pygmalion-manager-producteur sont comptées. Les Stones redressent la barre avec la splendide "Back street girl". Véritable ovni dans leur discographie, cette valse pastorale, entièrement acoustique, jouit d’une mélodie inoubliable. Et ce solo d’accordéon… Pas très stonien tout ça mais l’élégance du morceau est à couper le souffle. Toujours au rayon des ambiances atypiques, "She smiled sweetly" frappe par sa solennité et sa sobriété (qui, hélas, n’aura aucune descendance dans l’univers des "Glimmer twins"). Soutenu par Keith Richards à l’orgue d’église (???), Jagger chuchote cette foudroyante ballade avec une retenue que l’on ne lui connaissait pas. Comme si le chanteur avait abandonné toute prétention à l’amour charnel, afin de s’abîmer dans la contemplation d’une Vierge à l’Enfant. A classer définitivement dans le top 3 des plus belles ballades du groupe (à des années lumières de l’insupportable "Angie") car oui les Stones sont une incroyable machine à pourvoir des chansons romantiques. "Who’s been sleeping here" déborde carrément Dylan période Blonde on Blonde sur sa gauche, Jagger adoptant au passage les intonations déchirées du barde de Duluth. Une langoureuse impression de lendemain de fête se dégage de cette fascinante complainte folk.


Histoire de ne pas perdre la main, Keith Richards balance quand même de méchants power chords, avec un grand sens de l’à propos. A l’occasion de "Connection", sa guitare cisaille la superbe mélodie du piano. Ses contrechants complètent parfaitement les éructations de Mick Jagger. Le dosage parfait entre pop baroque et rock enlevé. La sucrerie pop "All sold out" est corrompue par sa guitare teigneuse et vicieuse avec en prime, l’improbable flûte de Brian Jones. Récente conquête de l’ange déchu, Amanda Lear se retrouve au centre de l’attention dans "Miss Amanda Jones", elle, une des figures de proue du "Swinging London". Et là Keith sort l’artillerie lourde. Au four et au moulin (guitare rythmique et lead, une habitude qu’il va garder jusqu’à l’arrivée de Mick Taylor) de sauvages riffs pétaradent dans tous les sens, les solos jaillissent à l’improviste. Du Keith Richards pur jus ! Et pour clôturer ce feu d’artifice délirant, les Stones se laissent aller à un vaudeville brinquebalant digne des meilleurs Kinks ("Something happened to me yesterday"), où ils n’ont jamais sonné aussi anglais. Des Stones joyeux, bienveillants… Bien loin de leur image sombre et agressive. Il est six heures sur Carnaby Street et la fête n’est pas prête de s’arrêter pour la fine fleur de l’aristocratie rock.


Album injustement sous-estimé de la période dorée stonienne (1966-1972), il est urgent de réhabiliter Between the Buttons. Certes, il n’a pas l’homogénéité et l’inspiration divine d’un Let it bleed ou d’un Sticky Fingers, mais Jagger & Co y montrent une trop rare facette d’artisans pop - responsables d’une floraison de douceurs délicates et subtiles - que l’évolution musicale du groupe ne permettra plus vraiment.




Commentaires
DanielAR, le 14/07/2023 à 15:42
Album à part, effectivement. Mais aussi "à part entière" dans la mesure où il se suffit à lui-même. Pratiquement en-dehors de la discographie du groupe... Même la photo de couverture n'a pas encore livré tous ses mystères.
Arbitre, le 27/09/2020 à 22:11
Mine de rien, les Stones font ici quelques pas discrets en direction de l'univers psyché/flower power. Ca se sent avec "Yesterday's papers" (pour ses sonorités un peu "Pet sounds"), "Cool calm collected" (pour son côté un peu fou-fou, surtout à la fin) et "Something happened to me yesterday" (sorte de "People are strange" façon Stones). Le reste est principalement du rock stonien bien macho comme d'habitude. Musicalement, "Back street girl" est une jolie ballade folky nostalgique, mais les paroles sont quand même dures : "je veux pas de toi dans ma vie, et surtout pas de façon officielle, mais reste quand-même dans un coin du quartier, je passerai te voir de temps à autre, chérie" (pour résumer la philosophie).
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert