↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Roger Waters


Amused To Death


(01/09/1992 - Columbia - - Genre : Rock)
Produit par Roger Waters, Patrick Leonard, Nick Griffiths

1- The Ballad Of Bill Hubbard / 2- What God Wants Pt. 1 / 3- Perfect Sense Pt. 1 / 4- Perfect Sense Pt. 2 / 5- The Bravery Of Being Out Of Range / 6- Late Home Tonight Pt. 1 / 7- Late Home Tonight Pt. 2 / 8- Too Much Rope / 9- Whats God Wants Pt. 2 / 10- What God Wants Pt. 3 / 11- Watching TV / 12- Three Wishes / 13- It's A Miracle / 14- Amused To Death
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (1 vote)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.5/5 pour cet album
"La résurrection d'un génie appelé Roger Waters (enfin !)."
Jules, le 06/11/2023
( mots)

Cinq ans après le très décevant Radio KAOS et après avoir traversé de sales moments au cours des années 1980, Roger Waters est revenu sur la scène internationale en 1990 avec le très médiatisé Live In Berlin commémorant la chute du mur et où il ressuscitera The Wall avec pléthore d'artistes de renom. Mais le bilan de cet évènement plus commercial qu'artistique est mitigé. Waters s'enferme alors pendant deux ans afin de se concentrer sur son prochain projet d'album, Amused To Death, qui sortira en septembre 1992. 


Attention. Nous nous trouvons face à une œuvre absolument magistrale et, compte tenu des derniers albums sortis par Waters, inespérée. Cet album est un concentré de superlatifs. L'équipe, d'abord, comptant près de 40 musiciens, choristes, arrangeurs et chefs d'orchestre sans compter les équipes de production. La longueur de l'album, ensuite, près d'1h12 avec 14 morceaux dont certains atteignent les 9 minutes (cela s'explique par l'essor du CD permettant de sortir des albums bien plus longs). La variété des thèmes abordés par son auteur et qui vont de la guerre à la religion en passant par la critique des médias de masse, de leur influence et du consumérisme mondialisé. 


Pour autant, malgré la diversité des thèmes abordés, il s'agit plus que jamais d'un concept album, à écouter d'une seule traite. La trame est cette fois plus simple. Un singe (autrement dit, l'être humain) est assis devant un poste de télévision et constate, zappant au hasard, dans quel monde nous vivons. C'est donc un concentré de l'ensemble des thèmes chers à Waters depuis tant d'années. Il les assemble en cohérence, sans se contenter de les compiler les uns sur les autres. A l'écoute de cet opus, nous sommes face à une sorte de best-of de la pensée watersienne et qui nous aide à comprendre ses combats, ses opinions. Cet album est en ce sens, un digne successeur de The Final Cut sorti près de 10 ans auparavant, en plus abouti. 


Il y a tellement de choses à dire sur le fond de cet album. Notons déjà la présence de Jeff Beck à la guitare, non sur tous les morceaux, mais sur les plus percutants et souvent, les meilleurs. Son jeu si singulier connu de tous est parfaitement adapté aussi bien aux textes qu'à la structure musicale et rythmique écrits par Waters. Parlons aussi de la qualité exceptionnelle de l'enregistrement utilisant la technologie Q-sound. On le dit tellement à propos des albums de Waters chroniques après chronique, que ça en devient une habitude. Ce mec est un producteur de génie. 


L'album commence par une ambiance (je m'étais promis de pas l'écrire) très floydienne ("The Ballad Of Bill Hubbard"). La guitare y est douce, planante, accompagnée de claviers et bruitages nous plongeant d'office dans l'ambiance. On y entre calmement, mais impatients. On y entend un vétéran de la Seconde Guerre mondiale se confier sur le sentiment de culpabilité qu'il a ressenti à la vue, sur un monument, du nom d'un camarade mort sur au front qu'il n'a pas pu aider et qu'il a laissé à son sort. Poignant. Le ton est donné. 


Il serait inutile, voire insensé, de faire ici une chronique "titre par titre" tant l'album est un tout indivisible. Mais il est indispensable d'évoquer les passages les plus marquants et puissants de ce chef d'œuvre, par thème.


Dieu d'abord, avec la suite "What God Wants" en trois parties dont les paroles sont une attaque cynique en règle à l'égard de TOUTES les religions. Waters y dénonce l'avidité de Dieu réclamant dollars, francs, shillings, pounds, etc. La première partie est d'une énergie folle, implacable, Jeff Beck nous plaque au sol avec sa guitare, Waters nous surprend par sa voix différente qui sonne comme celle d'un vieillard, moins criarde et nasillarde que par le passé, et les chœurs ne nous agacent plus.


Si la deuxième partie est agréable, ce n'est rien comparé à la troisième partie. L'émotion nous gagne lorsque l'on entend un bruit de sonar nous rappelant inévitablement "Echoes". Ce morceau est le "Comfortably Numb" de Waters en termes de musique. Jeff Beck nous achève clairement et définitivement par son talent, les cris et paroles de Waters nous prennent les tripes. Bluffant. Incroyable. Magnifique.  


Une grande partie des meilleurs textes écrits par Roger Waters au cours de sa carrière figurent sur cet album, à n'en pas douter. Le thème de la guerre et de l'antimilitarisme est ici bien présent, parfois pour dénoncer un conflit identifié comme la guerre du golfe qui fait rage à l'époque ("The Bravery Of Being Out Of Range") ou pour évoquer, non sans cynisme, la situation des jeunes pilotes bombardant des civils ("Late Home Tonight" pt. 1 & 2). Ces deux morceaux très bucoliques au premier abord, et rappelant le goût de Waters pour les ballades acoustiques, se révèlent très émouvantes (et révoltantes) sur le plan de l'écriture. 


Il y a aussi sur la fin de l'album une suite de quatre formidables morceaux de chacun 6 minutes au moins. Ils sont tous d'une qualité exceptionnelle. "Watching TV" se détache en étant aussi sublime que poignante lorsque Waters nous conte la mort d'une étudiante sur la place Tiananmen, filmée en direct et retransmise sur les télévisions du monde entier. Frissons. "Three Wishes" et le solo de Beck nous laisse aussi pantois face à un texte et une ambiance assez sombres... Retour aussi sur la religion avec l'apaisant "It's A Miracle" où Waters nous émeut avec sa voix tiraillée, vieillie, épuisée, nasillarde accompagnée d'un rythme calme suggérant une tension prête à exploser.


Et le dernier morceau, éponyme, de parvenir aux oreilles de l'auditeur... ("Amused To Death"). "Doctor Doctor, what is wrong with me ?" Une sorte de conclusion des 1h12 qui viennent de se dérouler et qui nous ont tantôt fait bouger la tête, nous ont fait sourire, nous ont ému, nous ont révolté et surtout, nous ont scotché. Un crescendo doux et calme sur un peu plus de 4 minutes qui nous fait méditer sur la disparition de notre espèce et qui finit en apothéose, dans les cris watersiens, avec une conclusion pessimiste mais teinté de réalisme : "And the alien anthopologists admitted they were still perplexed but on eliminating every other reason for our sad demise. They logged the only explanation left, this species has amused itself to death."


La télévision est éteinte, la platine s'est arrêtée. Il faudra les rallumer plusieurs fois pour parvenir à déceler toutes les subtilités de cet album et parvenir à l'apprivoiser. Une fois que ce sera chose faite, croyez-moi, vous ferez vite de cet album un de vos chouchous dont vous apprécierez de le sortir de temps en temps afin de vous plonger, avec bonheur cette fois, dans les méandres de l'esprit torturé mais génial de Roger Waters. 

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert