↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Red Cloud


Red Cloud


(17/03/2023 - Autoproduction - Hard rock revival 70's - Genre : Rock)
Produit par Red Cloud

1- The Battlefield / 2- Bad Reputation / 3- Heavy Skies / 4- Swallow Me / 5- For the Pain / 6- Velvet Trap / 7- The Night / 8- Skeleton Jigsaw / 9- Number One / 10- Hey Sugar!
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (12 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.5/5 pour cet album
"Il faudra désormais compter sur les Français de Red Cloud au sein du mouvement revival 70’s"
Franck, le 18/08/2023
( mots)

Si la vague revival 70’s semble battre son plein sur la scène internationale avec des sorties récentes du côté de Greta Van Fleet, Rival Sons, Crown Lands ou encore DeWolff, force est de constater que la France se montre plutôt timide face à l’exercice, peinant de toute évidence à faire émerger de son vivier de véritables chefs de file. Découvrir un groupe comme Red Cloud dans un tel contexte s'accompagne forcément d’une certaine saveur, d’autant plus quand celui-ci se met au niveau des formations précitées (un sentiment dépourvu de toute subjectivité chauvine, il en va de soi…). Avec pour inspirations Led Zeppelin, AC/DC, Black Sabbath ou encore Atomic Rooster, ce groupe parisien formé en 2018, accouche d’un premier album au pouvoir évocateur certain, faisant la part belle aux riffs acérés, aux sonorités vintages et aux ambiances électriques. Si le groupe joue sans retenue sur la fibre nostalgique en s’appropriant les attributs les plus spontanés de ses illustres modèles, il parvient à tracer sa propre voie en munissant son hard rock de touches plus contemplatives - voire progressives -, mais aussi en optant pour une production sonore plutôt moderne.


Outre la qualité de production - d’un album développé et enregistré de A à Z par le groupe -, c’est l’alchimie entre les cinq musiciens qui se fait la plus flagrante. A l’origine du projet, Rémi Bottriaux se charge de poser l’ossature mélodique des différents morceaux à l’aide d’un jeu de guitare nuancé et affirmé, culminant grâce à plusieurs solos rondement menés. La section rythmique, assurée par Maxime Mestres (basse) et Mano Cornet Maltet (batterie), se fait quant à elle plus directe et percutante, bénéficiant d’une restitution sonore qui se rapproche au plus près de la sensation du live. Aspect indissociable du groupe, l’orgue Hammond manié de main de maître par Laura Luiz, contrebalance les bourrasques saturées de ses confrères en apportant fougue et énergie positive à l’ensemble ; les différents solos d’orgue évoqueront à ce titre les grandes heures d’Atomic Rooster tout en faisant le lien avec une formation plus contemporaine comme DeWolff. Pour finir les présentations, difficile de ne pas mentionner la prestation de Roxane Signe, chanteuse à la voix puissante et légèrement rocailleuse, qui,  armée de spontanéité et d’un certain pathos (à l’instar de Janis Joplin et Grace Slick de Jefferson Airplane) s’avère particulièrement à l’aise dans l’exercice et capable d’influer considérablement sur l’intensité des morceaux.


Si les éloges ne manquent pas à l’écoute de ce premier essai, il est clair que le jeune quintette dispose encore d’une belle marge de progression. Les Français gagneront certainement à se détacher de leurs influences, les riffs d’ouverture de "Swallow Me" installant inévitablement une sensation de déjà vu, en plus d’évoquer Deep Purple sous sa forme la plus effrénée, tandis qu’un titre comme "Heavy Skies" rappellera fortement l’air chaloupé de "Hells Bells" de AC/DC. Pour autant, félicitons l’audace de Red Cloud qui se distingue à travers plusieurs compositions particulièrement savoureuses : l’introductif "The Battlefield" avec sa rythmique guerrière (en référence probable au grand chef Sioux dénommé Red Cloud), ou encore le poignant "For the Pain" qui contraste avec son couplet délicat et intimiste, permettant à la chanteuse de rajouter de nouvelles nuances à sa palette vocale. Pour finir, ne passez surtout pas à côté du très dansant "Hey Sugar!", un titre qui s’avère assez irrésistible avec son groove et son côté déstructuré et imprévisible.

Voilà donc un premier album réussi et maitrisé, signe d’un groupe bénéficiant d’une belle synergie dans ses rangs, capable de réelles fulgurances et connaissant ses classiques sur le bout des doigts. La France dispose désormais d’un très beau représentant sur la scène revival, un groupe à fort potentiel qui semble déjà tout disposé pour le live ! Il y a d'ailleurs de fortes chances que nous réentendions rapidement parler de Red Cloud, le combo parisien ayant déjà en vue l’enregistrement de son prochain opus…




A écouter : "Bad Reputation", "For the Pain", "Hey Sugar !"

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert