↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Ange


La gare de Troyes


(00/00/1983 - Phillips - Rock Progressif - Genre : Rock)
Produit par

1- La Gare de Troyes / 2- A saute-mouton / 3- Questions d'générations / 4- Va-t'en / 5- Les moments bizarres / 6- Shéhérazade / 7- Les jardins / 8- Neuf heures / 9- Tout bleu !
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (11 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Un Ange peut en cacher un autre, attention au départ !"
Jules, le 03/09/2021
( mots)

Dire, au cours d’une période difficile, qu’Ange n’a plus rien à raconter et que c’en est fini des belles heures d’un des plus grand groupes de rock français c’est comme dire, aujourd’hui, que le rock est mort : c’est une légende alimentée par les pessimistes ou, à tout le moins, par les aveugles.

Il est vrai que les deux précédents albums n’ont pas aidé à militer en faveur des Francs-Comtois. Ni d’ailleurs les avis de la presse de l’époque qui avait déjà enterré un Ange, pourtant éternel, dès la sortie de Guet-Apens. Néanmoins leur dixième album a de quoi consoler les fans qui ne se seraient pas remis du virage pris depuis Vu D’un Chien.

Car en 1983, voilà qu’Ange fait la rencontre d’une troupe de théâtre originaire de l’est de la France, Le Grenier de Bourgogne. Vient alors à l’esprit de Christian Décamps de réaliser un album concept qui se prolongerait sur scène à l’occasion d’une vraie mise en scène autour du thème principal. En l’occurence, ce sera l’univers ferroviaire. Finies les balades en roulotte, voilà que Godevin déambule sur les quais et vagabonde en train. Le groupe a définitivement troqué l’univers  moyenâgeux pour un paysage plus urbain.

On reste dans la droite ligne artistique des précédents opus, de sorte que les synthés sont bien présents, de même que la batterie électronique et les guitares hard-FM, mais avec le sentiment  cette fois d’une construction plus subtile. Les premières notes de synthé du morceau-titre s’apparenteraient presque à jingle précédent une annonce en gare : "Votre attention s’il vous plaît, Ange est de retour et il a compris la leçon."  "La Gare de Troyes" nous plante le décor de l’univers qui nous attend sans que l’on supplie Francis Décamps de mettre ses synthés au placard. Ceux-ci sont justement dosés, sans surcharge. On sent qu’il se canalise, et on apprécie vraiment.

Sur cet album, on profite aussi de morceaux très variés les uns par rapport aux autres, mais tous cohérents dans leur ensemble. "Va-t-en" alterne par exemple des couplets chantés calmement qui disparaissent dès qu’intervient le refrain à base de guitares rythmiques hard-rock. Marc Fontana fait notamment son retour au saxophone pour un solo cassant un peu la dynamique très entraînante.

Aussi, Christian Décamps a fait un effort sur les paroles. Il a toujours l’esprit ambivalent et porté sur la chose mais c’est ici pour le meilleur ("A Saute-Mouton", "Shéhérazade"). Il nous offre aussi un vrai moment de beauté avec "Neuf Heures", morceau à la sauce piano-voix qui témoigne de la sensibilité du patriarche dans l'écriture de ses textes. Bon, tous les morceaux ne sont pas remarquables à ce niveau-là  et on notera une forme de simplicité sur certains ("Questions d’Générations", "Les Jardins", "Tout Bleu !"). Mitigé sur ce plan mais bien mieux qu’avant ! Reste que malgré ses paroles simplettes, "Les Jardins" est excellent, le solo de guitare-synthé est hélas bien trop court… On en redemande !

Musicalement, on a de réelles surprises également. "A Saute-Mouton" amuse avec son côté disco-funk (que voulez-vous ? On est en plein dedans !) câblé pour les dancing tandis que "Les Moments Bizarres" contient un monologue parlé de Tristan Gros, invité, ce qui accentue le côté prog de l’album. A s’y méprendre, on croirait d’ailleurs entendre la voix de Dominique le Guennec de Mona Lisa sur Le Petit Violon de Monsieur Grégoire. Tendez l’oreille ! Un autre invité était de la partie, Guy Boley sur "Questions d’Générations" pour un peu de variété.

Enfin, "Sheherazade" est une petite pépite. Il s’agît du morceau le plus progressif de l’album, qui prend son temps pour nous faire rêver des "comptes des mille et un ennuis."  Les musiciens et l’interprète s’accordent parfaitement et nous transportent dans leur imaginaire. Le saxophone de Fontana y trouve encore sa place.

Finalement, sans être un chef d’oeuvre, La Gare De Troyes rattrape les défauts majeurs des deux précédents opus à savoir la surcharge de son pop-FM et des textes très bas de gamme. Comparaison n’est pas raison mais l’on pouvait comprendre que les fans des précédents albums ne s’y retrouvaient plus ! Sans être une pièce indispensable, La Gare de Troyes est donc un opus qui mérite d’être écouté car, grâce à lui, Ange mérite d’être déterré de la fosse dans laquelle on l’avait  (injustement) jeté.

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Mai 2024
24
Critique d'album

Ange


Souffleurs De Vers


Critique d'album

Ange


?


Critique d'album

Ange


Culinaire Lingus


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert