↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Trapeze


You are the Music ... We're Just the Band


(00/12/1972 - Treshold - Hard Rock - Genre : Hard / Métal)
Produit par Neil Slaven

Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (2 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Pour comprendre Come Taste the Band, écoutez le funk-rock de Glenn Hughes"
François, le 12/06/2022
( mots)

Ceux qui furent surpris des inclinaisons funky ou soul des albums Stormbringer (1974) et Come Taste the Band (1975) de Deep Purple ne devaient pas connaître le passé de Glenn Hughes au sein de Trapeze, en particulier son rôle sur le troisième opus You Are the Music...We Are Just the Band sorti en 1972. S’ils avaient jeté une oreille au successeur de l’exceptionnel Medusa (1970), chef-d’œuvre du hard-rock britannique, ils auraient compris que l’influence de Glenn Hughes (beaucoup plus importante que sur Burn, 1974) ne pouvait qu’apporter cette sensibilité au Pourpre profond.


Derrière son titre démagogique, il se cache en effet un album qui est davantage qu’une production d’un "simple groupe" : d’une part, côté individuel, Glenn Hughes domine la composition ce qui explique le tropisme funk/soul, d’autre part, côté collectif, les invités sont une manade allant de Rod Argent au piano à Jimmy Hastings (pilier de l’Ecole de Canterbury) au saxophone en passant par B.J. Cole à la pedal-steel (un musicien nomade invité sur d’innombrables albums). Le résultat est un album certes britannique mais complétement dominé par l’esthétique américaine, pour le meilleur comme pour le … moins bon.


Pour le meilleur quand les rythmes et saccades funky sont de la partie afin de donner une nouvelle direction au hard-rock pratiqué par Trapeze. Si le rock saturé à la Free qui dominait Medusa se retrouve sur "Keepin’ Time", l’orientation nouvelle se laisse entendre sur le pont : cette touche funk est bien plus présente sur "Way Back to the Bone" avec ses traits de guitares tantôt tamisés tantôt marqués, toujours agencée avec l’identité Heavy du groupe ou encore sur "Loser" et "You Are the Music", tout droit sortis du Michigan section Grand Funk Railroad.


Pour le moins bon, quand la soul s’invite de façon caricaturale : c’est "Coast to Coast" sans grande imagination ni relief, c’est aussi "Feelin’ so Much Better Now" avec ses chœurs inutiles et son chant parfois surjoué, c’est enfin "Will Our Love End" et son saxophone désuet et kitsch. Beaucoup plus inventif, "What Is A Woman’s Role" est bien plus savoureux dans le genre avec des lignes de guitare classieuse et un chant plus varié dans son interprétation.


Néanmoins, que ce soit sur les parties les plus Heavy ou sur celles les plus soul, Glenn Hughes s’avère être un chanteur incroyable capable d’incarner avec pertinence les différents titres, que ce soit en déployant toute la puissance de son chant ou de rendre sa voix rauque. En outre, il n’est d’ailleurs pas en reste à la basse.


You Are the Music...We Are Just the Band est un disque profondément marqué par l’esthétique de Glenn Hughes, et ce non seulement par la place de sa voix caractéristiques, mais également par la direction musicale entre Hard-rock et funk qui dessine sa patte. Le tropisme américain montre toutefois ses limites quand l’inclinaison soul prend le dessus, tant il est difficile de faire original et de rester pertinent dans ce registre. Un bon album tout de même.


A écouter : "Keepin’ Time", "What Is A Woman’s Role"

Si vous aimez You are the Music ... We're Just the Band, vous aimerez ...
Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !