↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Television


Marquee Moon


(08/02/1977 - Elektra - Rock-Jazz-Punk - Genre : Pop Rock)
Produit par Andy Hohns - Tom Verlaine

1- See no evil / 2- Venus / 3- Friction / 4- Marquee Moon / 5- Elevation / 6- Guiding Light / 7- Prove it / 8- Torn Curtain
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (12 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 5.0/5 pour cet album
"Le Graal du rock new-yorkais"
Guillaume , le 08/02/2023
( mots)

Feu Tom Verlaine était la tête pensante de Television, un des groupes new-yorkais les plus fascinants de la légendaire cuvée 1977. Mais également l’un des plus méconnus. Faute certainement imputable à leur inclassabilité, une des pires hantises de la critique rock et du grand public. Pas vraiment punk, pas complètement rock, flirtant avec le jazz à la Coltrane… A l’image de nombreux albums mythiques, Marquee moon avait le défaut d’être trop en avance sur son temps. Ce mélange unique de froideur incandescente, à l'intelligence mathématique, allait ressurgir peu de temps après dans le courant Post-Punk, chez Wire ou Magazine dans le meilleur des cas.


Fondé sur les cendres des Neon Boys, Television va traîner ses guêtres au CGBG en tant que groupe résidant dès 1973. Fraîchement démissionnaire de Roxy Music, Brian Eno assiste à une performance des quatre gars et leur propose de produire une démo. Mais l’entreprise accouche d’une souris. Le sorcier du Glam tournant casaque devant l’intransigeance du jeune Verlaine, assez sûr de lui pour envoyer bouler un des producteurs les plus courus des années à venir. Verlaine, ce grand dadais arrogant se fait un nom dans le circuit new-yorkais en participant à l’élaboration du premier single de Patti Smith et pose sa guitare sur son mythique Horses (il fut un temps son boyfriend). Subséquemment à leur premier single qui jette déjà les bases de Marquee Moon ("Little Johnny Jewel"), les quatre new yorkais s’enferment en studio en compagnie du grand Andy Johns, une des "petites" mains des Stones et de Led Zep.


Sous sa pochette immortalisée par l'objectif de Robert Mapplethorpe, Marquee Moon est le joyau perdu de la couronne rock new yorkaise. A l’attaque frontale des guitares tronçonneuses des New York Dolls ou des Ramones, Television y opposait un sophistiqué duel de six-cordes stéréophoniques. La Jazzmaster de Verlaine dialoguait librement avec la Stratocaster de Richard Lloyd, son fidèle second. Le premier décochait un riff garage, le second renchérissait instantanément d’une espagnolade déliée, l’un commençait un solo, l’autre le terminait, s’échangeant alternativement les rôles. Dès leur première rencontre, Lloyd a ressenti cette alchimie quasi télépathique, botte secrète du groupe dans Marquee Moon. Ces deux jumeaux ne pouvaient tisser leur toile sans une section rythmique d’élite : Fred Smith assure des parties de basse toutes en rondeur, ultra mélodiques et derrière les fûts, Billy Ficca fait montre d’une grande inventivité - rarement vue à cette époque - pour varier les ambiances. Ok, ils n’avaient le son massif de leurs homologues de la Grosse Pomme, ils n’en partageaient pas moins le même ADN, ce son teigneux, urbain, nonchalant qui allait se propager comme une traînée de poudre de l’autre côté de l’Atlantique.


C’est cette énergie là que l’on sent sur le titre d’ouverture "See no evil". Cette joie communicative d’un jeune groupe de rock insouciant, soudé, prompt à montrer de quel bois il se chauffe, prototype des morveux trop heureux de pouvoir transmettre leur fougue sur leur premier album. Mais là, à la différence d’une flopée d’inexpérimentés combos, les morveux parviennent à dompter le lion et défouraillent une composition d’une grande maturité musicale, riff contagieux et changements de rythmes impromptus en prime. Les visions poétiques d’un Verlaine extatique prennent forme dans un hommage à la Vénus de Milo ("Venus"). Les chorus de guitares sont d’une logique sans faille, le climat y est serein, propice à un solo atonal de Verlaine, fan transi de John Coltrane. La tension est palpable sur "Friction". Un son garage, traversé de vagues sonores menaçantes, démarre le morceau suivi d’arabesques guitaristiques à la Jerry Garcia. Un Verlaine bruitiste se fait jour, tirant des bruits concrets avant-gardistes de son manche de guitare (à l’instar des macaronis & cheese, le bruitisme est une des spécialités typiquement new yorkaises, du Velvet Underground jusqu’à Sonic Youth). Le morceau "Marquee Moon" commence par un riff en double-stop simple - comme la plupart des morceaux du disque - ensuite un à un, les autres instruments entrent dans la danse. Patiemment, le groupe va bâtir cette pièce montée gargantuesque qu’est ce titre, sorte de chapelle sixtine du rock seventies. Dans une lutte sans merci, Lloyd s’occupe du premier solo, étale sa science de la mélodie lumineuse puis Verlaine se taille la part du lion avec un long solo d’anthologie, construit sur le mode mixolydien, emprunté au jazz et usé jusqu’à la corde par l’acid rock californien. Cette prouesse guitaristique termine sa course effrénée dans un fatras de clochettes tintinnabulantes, enfin parvenue au nirvana cosmique, et va libérer le groupe de sa condition mortelle pour toucher du doigt la transcendance totale. Et le plus dingue dans cette ébouriffante affaire, c’est que le batteur croyait que ce morceau était une répétition ! Il faut dire que le groupe était tellement en place que tout l’album a été enregistré en direct, à la volée, à part quelques coulées de piano ici ou là et des solos doublés par Lloyd.


Cette effervescence s’évapore quelque peu sur le titre d’ouverture de la face B, "Elevation", d'où se dégagent de majestueuses harmonies mineures et la voix de “coyote coincé dans les barbelés” de Verlaine chère à Bob Dylan (qui sera bientôt plagiée par Jeffrey Lee Pierce, le frontman du Gun Club). Le solo mémorable de Lloyd colle toujours autant le frisson après cinquante écoutes. La très détendue "Prove it" donne envie de siffloter gaiement au soleil. Le morceau trempe dans une improbable marinade calypso, basse mixée très en avant. Après des roulements de batterie, Lloyd semble basculer dans un solo final… Repêché par Verlaine qui prend le relais avec un nouveau solo "coltranien" galopant sur le pont du morceau pour retomber parfaitement sur ses pattes lors de la reprise du couplet ! Puis le pessimiste "Torn curtain" entre en scène. Verlaine explose tout, tire des sons incroyables de sa guitare, lâche un énième solo surhumain. Quelque chose de désespéré émane de ces accords dissonants, de ces chœurs élégiaques répétés à l’infini, comme annonciateur d’une tragédie à venir. 


 Qui arrivera assez vite avec l’arrivée d’un nouvel album en partie raté et surtout qui ne pouvait tenir la comparaison avec cet ovni insurpassable. Le cas d’école du "toujours difficile second album" qui va torpiller le groupe, non sans laisser une trace live de leurs géniales performances scéniques ("The Blow up"). Le groupe refera son apparition en 1992 avec un nouvel album, rejouant parfois en live l’intégralité de Marquee Moon, graal du rock new-yorkais qui mérite qu’on boive le nectar divin de ce calice jusqu’à la lie. 


A écouter : "See no evil", "Friction", "Marquee Moon", "Torn Curtain"  


 

Commentaires
Quentin, le 21/03/2023 à 10:50
Très belle chronique pour un album mythique que tous les amateurs de rock'n roll se doivent de découvrir puis réécouter sans fin !
Daniel, le 08/02/2023 à 17:19
Très belle analyse. Un chef-d’œuvre "a-temporel" qui est effectivement resté sans suite équivalente, même si Adventure (1978) planait également au-dessus du lot.
Sebastien, le 08/02/2023 à 12:35
Merci pour cette critique. Marquee Moon est pour moi un des plus grands chefs d'œuvre du rock, dans un style unique. "Ovni insurpassable" est un terme vraiment bien choisi tant on n'est ni dans le punk ni dans le post-punk. Tous les morceaux sont exceptionnels et se complètent parfaitement. Incroyable pour un premier album !
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également