↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Blind Guardian


Live Beyond the Spheres


(07/07/2017 - - Power Metal - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- The Ninth Wave (Live) / 2- Banish From Sanctuary (Live) / 3- Nightfall (Live) / 4- Prophecies - Live / 5- Tanelorn (Live) / 6- The Last Candle (Live) / 7- And Then There Was Silence (Live) / 8- The Lord of the Rings - Live / 9- Fly (live) / 10- Bright Eyes - Live / 11- Lost in the Twilight Hall / 12- Imaginations from the Other Side / 13- Into The Storm (Live) / 14- Twilight of the Gods (Live) / 15- A Past and Future Secret / 16- And the Story Ends (live) / 17- Sacred Worlds (live) / 18- The Bard's Song (In the Forest) [Live] / 19- Valhalla (Live) / 20- Wheel of Time (live) / 21- Majesty (Live) / 22- Mirror Mirror (Live)
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (4 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Un album exemplaire pour découvrir le groupe dans toute sa splendeur"
François, le 02/09/2022
( mots)

Il y a plusieurs moyens de découvrir un groupe. Le plus louable et le plus recommandable est d’écouter l’intégralité de la discographie, de préférence dans l’ordre, afin d’avoir une image globale et exacte de la formation, mais pour cela il faut avoir du temps, du courage parfois, et ne pas craindre la noyade musicale. Ainsi, plusieurs alternatives s’offrent à vous. Vous pouvez commencer par choisir un album au hasard ou sur conseil, mais le risque est de tomber sur un mauvais candidat ou sur celui qui ne vous plaira pas, voire, d’avoir une vision partielle d’un groupe, notamment quand la discographie est étendue et marquée par des évolutions. Vous n’aurez pas la même image d’Opeth selon que vous écoutiez Orchid (1995) ou Heritage (2011), ni de Yes que vous vous penchiez sur Close to the Edge (1972) ou Big Generator (1987). Le passage par le best-of et autres compilations semble être le moyen le plus naturel pour aborder un nouveau combo, néanmoins, les mélomanes sont souvent peu friands de ce genre de format, qui néglige la volonté du groupe et l’économie interne des albums, et préfèrent, s’ils en trouvent le besoin, élaborer leur propre playlist qui comportera quelques morceaux inattendus. 


Il semble qu’en se procurant un album live, on trouve l’équilibre entre les différentes alternatives et par là même, la meilleure solution. En effet, comme sur une compilation, on peut trouver des morceaux issus de différents opus, dont les grands tubes, et avoir une image du groupe à travers ses différentes facettes dans ses meilleures incarnations. Seulement, à l’inverse du best-of, l’agencement des titres a été décidé par les musiciens et découle d’une réflexion artistique en amont – du moins nous sommes en droit de l’espérer. En outre, et à travers cette captation, nous avons accès à une photographie du groupe à un moment T de sa carrière. 


Tout cela pour dire que, si vous voulez vous lancer dans l’exploration du répertoire de Blind Guardian, procurez-vous sans attendre leur Live Beyond the Spheres (2017) : c’est une splendide et copieuse introduction qui ne pourra que vous convaincre, si bien sûr vous êtes sensibles à ce genre de musique – le Power-Metal allemand sauce heroïc-fantasy. 


Copieuse puisqu’il s’agit d’un triple-album de vingt-deux titres pour une longueur avoisinant les 2h40, rien que ça … Pour l’auditeur français, c’est plus qu’une aubaine tant les occasions de voir Blind Guardian en France sont rares. On pourra ainsi explorer l’ensemble des dix albums qui composaient leur discographie à l’époque, car tous sont représentés, avec un avantage accordé aux deux dernières sorties en date ainsi qu’aux grands albums de leur âge d’or des années 1990. Les titres se répartissent ainsi : 


Beyond the Red Mirror (2015) : 3


At the Edge of Time (2010) : 3


A Twist in the Myth (2006) : 1


A Night at the Opera (2002) : 1


Nightfall in Middle Earth (1998) : 3


Imagination from the Other Side (1995) : 4


Somewhere Back in Time (1992) : 1


Tales from the Twilight World (1990) : 3


Follow the Blind (1989) : 2


Battalions of Fear (1988) : 1


Bien sûr, le déroulé du live ne suit pas cette chronologie, au contraire, il a été réorganisé à partir d’enregistrements issus de plusieurs concerts lors de la tournée de 2015, qui passa par l’Allemagne et l’Italie d’après ce qu’on peut entendre. Si l’ambiance live est retranscrite, par des intermèdes durant lesquels Hansi Kürsh parle la foule ou présente les morceaux ainsi que quelques applaudissements, la production est telle qu’on pourrait presque savourer l’ensemble comme on écouterait un album studio. Cette propreté remarquable n’est pas qu’un artifice de post-production, elle prouve également la qualité de l’interprétation du groupe sur scène, pour une musique qui n’est pas des plus évidentes à jouer. 


Une revue disque par disque ne semble pas absurde au regard de leur construction qui, comme nous le disions plus haut, a semble-t-il était minutieusement pensée.  


Le premier d’entre eux est le plus orchestral et épique, ouvrant la soirée sur les dix minutes de "The Ninth Wave" avec ses chœurs emphatiques, ses riffs et ses soli majestueux, et se refermant sur le bon quart d’heure d’"And Then There Was Silence", un de leurs titres les plus progressifs, interprété sans faute. Le fameux passage celtisant, chanté a cappella et faisant intervenir le public, est définitivement culte. Entre ces deux monstres, le gardien fait des détours plus musclés, annonçant du "serious Heavy Metal" avec "Banish from Sanctuary" dont la version gagne ici en profondeur avec un chant plus maîtrisé (certains mettront cela sur le dos de l’âge et des capacités réduites d’Hansi) et globalement moins bourrine. Il passe aussi par des digressions assez calmes comme le magnifique "Nightfall", repris en chœur par le public, qu’on imagine être un grand moment du show, de même que les refrains de "Prophecies" qui emportent tout sur leur passage, ou le final de "The Last Candle" qui laisse la foule hurler pendant deux minutes, seulement accompagnée par la batterie. 


La deuxième galette est la partie "tube" dans laquelle on trouve les titres les plus immédiats et les plus imparables. On citera ainsi, du côté des pièces de troubadours, "The Lord of the Rings" dans une version parfaite et très émouvante, ainsi que le médiéval et non moins excellent "A Past and Future Secret" Du côté des titres plus électriques, on vibre sur le très moderne et accessible "Fly", l’incroyable "Bright Eyes" (mon titre préféré du groupe, absolument taillé pour la scène), les épiques "Imaginations from the Other Side" et "And the Story Ends" (avec des passages hurlés à l’extrême). Quelques morceaux plus violents participent également à rendre cette partie plus incisive,  " Lost in the Twilight Hall" et "Into the Storm". 


L’ultime disque est peut-être le moins cohérent, mais il n’en est pas moins époustouflant. D’une part grâce à ses longs epics, tels le cinématographique et orchestral "Sacred Worlds" ou, dans le même registre, l’orientalisant "Wheel of Time". D’autre part, parce qu’il comporte un certain nombre de titres très attendus du public,  l’acoustique "The Bard’s Song (In the Forest)" (on aurait bien aimé la suite avec "The Hobbit" …), ou ceux issus des premiers albums, bien brutaux, comme l’incontournable "Valhalla" (assez allongé pour que le public puisse entrer en communion) ou "Mystery". Une fois achevé, le final sur "Mirror Mirror" apparaît comme une évidence. 


Panorama exhaustif, ou presque, de la carrière du groupe, performance et production impeccables, contenu gargantuesque et, pour ne rien gâcher, très belle pochette, ce Live Beyond the Spheres est à la fois un objet que les amateurs du groupe savoureront pour retrouver le combo au sommet de sa puissance, et que les néophytes pourront se procurer pour découvrir Blind Guardian sous son jour le plus scintillant.  

Commentaires
Soyez le premier à réagir à cette publication !