↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

The Rolling Stones


Aftermath


(15/04/1966 - Decca - - Genre : Rock)
Produit par

1- Mother's Little Helper / 2- Stupid Girl / 3- Lady Jane / 4- Under My Thumb / 5- Doncha Bother Me / 6- Goin' Home / 7- Flight 505 / 8- High and Dry / 9- Out of Time / 10- It's Not Easy / 11- I Am Waiting / 12- Take It or Leave It / 13- Think / 14- What to Do
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (23 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 4.0/5 pour cet album
"Une fracassante entrée dans la cour des grands"
Guillaume , le 30/06/2023
( mots)

En avril 1966, voici que déboule Aftermath sur les platines. Six mois après December’s children, cette nouvelle livraison incarne la voie dorée vers l’âge de maturité stonien. Rien, parmi les bacchanales Rythm’n’Blues de leurs tendres années, ne laissait présager de l’explosion créatrice émanant d’Aftermath. Les Rolling Stones n’avaient guère le choix s’ils voulaient tenir la cadence infernale imposée par les Beatles. En décembre 65, les "Fab Four" avaient calmé tout le monde avec Rubber Soul, premier jalon de la maturité Rock puisqu’uniquement confectionné à partir de compositions originales. Des premiers hoquets d'Elvis chez Sun records jusqu’à Rubber Soul, l’album rock est systématiquement composé de deux ou trois tubes, de quelques reprises bien senties et des traditionnelles chansons bouche-trous. C’est en cela que les Beatles balancent un énorme high-kick dans la fourmilière Rock : c’est la première fois qu’un artiste/groupe Pop se risque à inventer une œuvre totalement originale, exploitant pleinement le potentiel du format album. Non contents de proposer une création inédite, les quatre liverpuldiens font preuve d’une ouverture d’esprit avant-gardiste envers les musiques du monde. Des instruments réservés auparavant aux musiques traditionnelles (Sitar, bouzouki...) font leur apparition pour imprégner massivement la scène Pop dans les années à venir.


Depuis le début de l’année 1966, Londres bouillonne par son incroyable vitalité intellectuelle (le fameux "Swinging London"). La peinture, la mode, la musique s’astreignent de tous les carcans pour imposer un nouvel idéal de modernité et d’hédonisme. Au sein de ce terreau béni des Dieux, les Stones explosent tous les temps de passage, se frayant un chemin dans le cercle très fermé des musiciens capables de capter l’air du temps (cette grande force leur jouera des tours par la suite). Relégué de facto au second plan pour son inaptitude à composer des morceaux (le tandem Jagger-Richards ne laisse que des miettes à leurs "subordonnés") et son ancrage musical trop orienté Blues, Brian Jones s’impose pourtant comme une des bottes secrètes d’Aftermath. C’est lui qui apporte la touche magique au marimba sur "Under my thumb". Armé de son sitar, il colore l’enlevée "Mother’s little helper" de teintes indianisantes (ainsi que le monstrueux single "Paint it black" sorti au même moment) collant parfaitement à la saveur folklorique du titre. C’est encore lui qui insuffle cette atmosphère mélancolique à "Lady Jane" et à "I am waiting" grâce à ces délicats arpèges de dulcimer. Désireux d’explorer d’autres horizons musicaux que ceux du Blues, Jones s’initie depuis quelques temps déjà à une foultitude d’instruments en tout genre, avec cette capacité rare de se l’approprier et d’en jouer d’une façon totalement rock. Sur les rares titres Blues de l’album, il ressort à l’occasion son bottleneck furibard des premiers Stones ("Doncha bother me"). 


Ces arrangements d’une grande ingéniosité, ne seraient rien sans la qualité intrinsèque des chansons de l’album. Dès Aftermath, les "Glimmer twins" forment un duo infernal d’auteurs compositeurs interprètes qui mènera les Stones vers les cimes himalayesques de la Perfection Rock. Côté écriture, Jagger peaufine son rôle de misogyne imbuvable (déjà entrevu auparavant mais qui devient prégnant ici) à travers des hymnes ultra provocateurs à l’encontre de la gent féminine ("Stupid girl", "Under my thumb", "Out of time"). Le charme élisabéthain de "Lady Jane" pourrait nous faire croire à la rédemption d’un jeune homme épris de sa tendre promise - directement inspiré de L’Amant de Lady Chatterley de D.H Lawrence - alors qu’il s’agit en vérité d’une allusion au sexe féminin ! La goujaterie jaggerienne à son paroxysme. Au niveau du chant, son "organe" paraît plus sûr, assuré, adulte bien loin des scansions adolescentes des balbutiements. Le consommateur invétéré de groupies fend l’armure pour laisser entrevoir son penchant romantique sur la fabuleuse "I am waiting". Son chant plein de morgue fait des étincelles sur l’impétueux "Flight 505" ou sur la tuerie Pop-Motown "Out of time", preuve flagrante du nouveau génie stonien. Il ose même la Country débraillée - une première pour les Stones - avec cet accent de bouseux des Appalaches qui corrobore son éclectisme linguistique ("High and dry").


Quant à Richards, ses progrès sont faramineux en termes de compositions. Qui aurait crû l’émule de Chuck Berry capable de composer des purs joyaux de pop baroque ? Ou même un titre aussi puissant que "Under my thumb" ? A ce titre, son jeu de guitare est à montrer à tous les excités du manche égocentriques. Ses interventions guitaristiques arrivent toujours à propos, pour ponctuer ou soutenir ce motif entêtant de marimba sans jamais l’étouffer, comme pour mieux attiser la tension sexuelle latente du morceau. Keith restant Keith, il ne peut s’empêcher de riffer comme un beau diable avec sa rythmique percussive reconnaissable entre mille ("It’s not easy"). Il fait également profiter au groupe de sa prodigieuse culture musicale, à l’affût de la moindre nouveauté. Sur Aftermath, on y trouve pêle-mêle du Rythm’n’Blues, de la Pop, de la Country, de la Soul… Et même de l’Acid Rock californien (alors en gestation) via cette longue improvisation concluant l’incroyable "Goin home". 


Pour la première fois de leur carrière - en matière d’album - les Stones se hissent à la hauteur des Beatles. Sans quelques titres légèrement inférieurs ("Think", "Take it or leave it"), Aftermath n’aurait pas à rougir face à Rubber soul. Désormais, chacun de leur album sera attendu comme la parole divine. Leur premier chef-d’œuvre en poche, l’avenir s’annonce radieux pour les "méchants" Stones. 

Commentaires
Jean-Claude, le 01/02/2024 à 12:15
La section rythmique passe une fois encore à la trappe comme c'est le cas trop souvent dans les critiques et les commentaires concernant les disques des Stones ! Peut être parce que Charlie et Bill n'ont jamais voulu se mettre "en avant" tout en participant, et avec quelle efficacité, au "son" des Stones ! Le regretté Charlie Watts a d'ailleurs déclaré un jour qu'il ne se considérait pas comme une "star" mais simplement comme un "artisan" ... des solos de batterie interminables, sans intérêt et prétentieux, il n'y en a pas dans la musique des Stones et c'est tant mieux ! Il suffit pour s'en convaincre d'écouter une fois encore, à titre d'exemple, la basse de Bill Wyman dans "Under my thumb" et la batterie de Charlie dans "Paint it black" !
DanielAR, le 30/06/2023 à 19:55
"Mother's Little Helper" est une composition déclinée en mode mineur ce qui est pour le moins une curiosité sonore dans le monde musical des Stones de 1966. Parier sur un titre aussi particulier (sorti en single seulement aux USA) pour ouvrir un album à ce point décisif était un choix étonnant. D'autant plus que le texte ne concerne pas la jeunesse (et sa volonté légitime de liberté) mais bien les femmes adultes de la classe moyenne qui abusent d'antidépresseurs pour pouvoir assumer toutes leurs obligations familiales et sociales. Très chouette chronique d'album.
Arbitre, le 27/09/2020 à 22:01
On a souvent dit qu'Aftermath était un concept-album, dont le fil conducteur était la relation de couple. C'est pas vraiment faux, mais on pourrait dire la même chose de tous ces albums (de tas de groupes notamment britanniques) qui accumulent les chansons sur l'amour et les girlfriends. Ce qui est certain, c'est que les Stones ne sont pas tendres avec leurs copines : "Stupid girl", "Out of time", "Take it or leave it". "Under my thumb" évoque les groupies qu'on met de côté pour en disposer le moment voulu (qui rappelle le "Backstreet girl" de l'album suivant). Musicalement, difficile de classer tout ceci dans un seul genre, tout ce qu'on peut dire c'est que le Blues/Rock "roots" est abandonné au profit d'une Pop-rock qui émerge un peu partout en cette fameuse année 1966. "Mother's little helper" surprend par son rythme, ses sonorités, moi ça m'a fait penser à du folklore russe. "Lady Jane" est sans conteste le morceau que j'aime le plus (avec ce fameux dulcimer de Brian Jones). "Under my thumb" est peut-être un des ancêtres du Disco. "Out of time" sonne bien dans son temps, si l'on se situe du côté Tamla-Motown. Le reste ne m'a pas particulièrement marqué, mais c'est déjà pas mal.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert