↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Roger Waters


The Pros & Cons Of Hitch Hiking


(30/04/1984 - Harvest/Columbia - - Genre : Rock)
Produit par Roger Waters et Michael Kamen

1- 4:30AM (Apparently Were Traveling Abroad) / 2- 4:33AM (Running Shoes) / 3- 4:37AM (Arabs With Knives And West German Skies) / 4- 4:39AM (For The First Time Today, Part 2) / 5- 4:41AM (Sexual Revolution) / 6- 4:47AM (The Remains Of Our Love) / 7- 4:50AM (Go Fishing) / 8- 4:56AM (For The First Time Today, Part 1) / 9- 4:58AM (Dunroamin, Duncarin, Dunlivin) / 10- 5:01AM (The Pros An Cons Of Hitch Hiking Part 10) / 11- 5:06AM (Every Strangers Eyes) / 12- 5:11AM (The Moment Of Clarity)
Note de 4/5
Vous aussi, notez cet album ! (26 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"Les névroses de Roger Waters fonctionnent toujours, mais jusque quand ?"
Jules, le 31/08/2021
( mots)

C'est étrange, la police rouge qui décline le titre du premier album solo de Roger Waters nous rappelle sensiblement celle qui fut utilisée pour l'album The Wall (1979) ou le film Pink Floyd The Wall (1982)Au-delà de la motivation commerciale de cette "coïncidence", il apparaît que The Pros And Cons Of Hitch Hiking (comprenez "les avantages et inconvénients de l'auto-stop") et l'album aux briques blanches ont des histoires très liées. 


En 1978, après la tournée In The Flesh assurant la promotion de leur dernier album Animals, Pink Floyd est fatigué. Chacun des membres prend des vacances de son côté et travaille à des projets solo. Mais Roger Waters souhaite poursuivre l'aventure floydienne et propose à ses comparses deux démos : l'une qui accouchera du chef d'œuvre inégal que l'on connaît et l'autre qui comprenait les esquisses de The Pros And Cons. 


En effet, Mason, Gilmour et Wright préfèreront The Walln'accrochant pas au speech de l'autre. Ce dernier est pourtant simple. Il est question d'un homme, quadragénaire, qui, en pleine nuit, rêve d'une autre vie loin de la sienne et replonge de temps à autre dans la réalité qui l'entoure, pleine de névroses et de tortures psychologiques. Cela ne vous rappelle rien ? Je vous l'ai dit, les deux opus sont très liés.


Ce sont les thèmes que chérit Roger Waters qui refont surface, cinq ans après avoir été bercé trop près du Mur. Cet album est donc un album-concept, que l'on se doit d'écouter d'une traite pour parfaitement l'emmagasiner. Le rêve du protagoniste se déroule en temps réel, chacune des pistes représentant une heure précise qui nous transporte au fil de sa nuit agitée.


Côté zicos, Roger Waters sait s'entourer. On notera particulièrement la présence d'Andy Brown de Status Quo aux claviers et, last but not least, Eric Clapton à la guitare solo qui à cette époque traverse une phase difficile, le foie bien imbibé et les veines du bras encore boursouflées.


L'ensemble de l'album est assez cohérent et agréable à écouter. Déjà parce que comme tous les albums dirigés par l'ex Floyd, la production et les arrangements sont superbes. La répartition stéréo des effets sonores vous donne parfois l'impression d'entendre la musique en 3D. Au casque, cet album est une véritable expérience audiophile. 


La musique en elle-même est également très bien exécutée. On profite de moments très apaisés dans l'ensemble ("4:30 AM - Apparently They Were Travelling Abroad", "4:47 AM - The Remains Of Our Love"). Bon, on sent que la composition de ces morceaux n'a pas pris trois heures dans la mesure où ils sont souvent calqués sur les mêmes accords bien connus qui ont construit "Mother" ou "Pigs On The Wing Pt1 & 2"... Et ça, on peut le reprocher. Entendre le riff d'intro d' "In The Flesh" sur la fin de "4:58 AM - Dunroamin, Duncarin, Dunlivin" repris à l'IDENTIQUE, c'est moyen...


On salue néanmoins les passages de Clapton qui donnent un peu de vivacité à cet opus et nous rappellent que l'on écoute un album rock. C'est le cas sur le très bon, mais très cru dans ses paroles (rare dans le songwritting de Waters), "4:41 AM - Sexual Revolution" où la guitare est bienvenue. 


Le côté théâtral de l'album est sympathique, il nous transporte vraiment dans l'univers mais agace... On a l'impression de se retrouver dans un The Wall bas de gamme, redondant, dans lequel Waters nous resasse ses mêmes angoisses existentielles en gémissant et en pleurnichant comme c'est le cas sur "4:39 AM - For The First Time Today Pt. 2".


Le point culminant de l'album, et certainement le titre le plus abouti, est "4:50 AM - Go Fishing". Le protagoniste, qui s'est enfui avec femme et enfants dans le Wisconsin mener une vie paisible s'aperçoit que sa femme s'est entichée d'un autre. Toute la vie rêvée qu'il s'est construite au fil des titres précédents s'effondre. Roger Waters pleure, hurle, pleurniche mais il le fait en déclamant un texte très bien écrit au regard des circonstances. La progression des titres précédents jusqu'à ce moment de désillusion rattrape une bonne partie de l'album.


Le héros, seul, en est réduit à l'auto-stop. C'est là que le morceau-titre fait son entrée et Clapton en même temps. C'est rock, c'est rythmé, ça envoie comme il faut. On met de côté les chœurs féminins qui ont assez mal vieilli et l'attaque frontale à Yoko Ono que Roger Waters se fait un plaisir d'asséner : "Did you understand the music Yoko or was it all in vain ? Bicth said something mystical, So I stepped back on the kerb again." La guitare et le saxophone s'accordent bien et donnent un bon morceau diffusable sur les ondes FM de 1984 ! 


La fin de l'album arrive doucement avec "5:06 AM Every Strangers Eyes" sur lequel le protagoniste fait la synthèse de son aventure nocturne. Encore des hurlements de Waters mais ceux-ci ne nous agacent pas et se mêlent à une ambiance globale aussi apaisée que torturée. "5:11 AM - The Moment Of Clarity", qui reprend le thème du premier morceau clôt l'album sur une note optimiste : l'auteur avoue à sa chère et tendre qu'il a de la chance et qu'il ne pourrait plus rester un moment seul. Finir sur de l'amour et de l'espoir ? Au moins Roger Waters évolue bien...


Bilan, on peut conseiller cet album pour ceux qui aiment les obsessions névrotiques de l'ex bassiste de Pink Floyd et l'expérience du concept album dont il reste un des maîtres. Et, en même temps, on le déconseille pour les mêmes raisons car à l'image de Mike Oldfield et son Tubular Bells, Roger Waters ne semble jamais s'être remis d'avoir sauté du Mur...

Commentaires
Jules_AR, le 20/09/2021 à 00:28
Salut Florent, je suis d'accord avec toi, il est puissant cet album. On peut simplement regretter le côté répétitif des thèmes (musique et paroles)... Néanmoins, cela reste un bon album qui mérite d'être écouté.
florent, le 15/09/2021 à 14:04
Pour moi,les maîtres mots qui me viennent à l'esprit après une écoute attentive de cet album ce sont émotion,tripes,écorché vif..Et oui Roger Waters nous remue les tripes avec ce disque..Clapton joue merveilleusement bien..Une belle surprise pour moi en somme car je n'avais jamais écouté cet album.
Daniel, le 31/08/2021 à 09:47
Finalement, l'auto-stop présente plus d'inconvénients que d'avantages...
SylvainFoulquier, le 06/03/2017 à 16:16
La tournée "pros and cons of hitch hiking " (1984-1985), dont il est possible d'entendre des extraits sur YouTube, n'a pas eu un grand succès commercial, néanmoins la qualité musicale et la ferveur du public étaient au rendez-vous. Waters y reprenait la totalité de son album solo ainsi que de nombreux classiques de l'époque Pink Floyd : "Set the controls for the heart of the sun", "If", "Brain damage/Eclipse", "Another brink in the wall I et II" ou encore "Nobody home"...A cette époque il jouait encore essentiellement des chansons du Floyd qu'il avait écrites et composées lui-même , contrairement aux concerts récents où il joue de nombreux titres composés par Gilmour ou Wright...
Foulquier, le 08/09/2016 à 13:44
Le moins que l'on puisse dire, c'est que le concept de l'album est assez creux et que cette histoire d'un homme en proie à la crise de la quarantaine n'est pas particulièrement passionnante. Sur le plan musical, le disque est très inégal, parfois soporifique, néanmoins quatre ou cinq morceaux sont vraiment bons, voire très bons, notamment l'émouvante "Go fishing" et l'irrésistible "The pros and cons of hitch hiking" (avec d'excellentes parties de guitare, interprétées par Eric Clapton), qui aurait pu devenir un grand tube. Finalement, malgré le caractère insuffisant du concept, le premier album solo de Roger Waters est sans doute plus digeste que "The final cut" et mérite d'être (re)découvert.
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Album de la semaine

The Killers


Pressure Machine


"

Pressure Machine est à l’opposé d’une production grandiloquente bâtie pour partir à la conquête des ondes FM ou des stades. Le dernier album de The Killers se veut contemplatif et raffiné. Un disque délicat qui, comme souvent dans ce genre de concept, comporte quelques lacunes que nous allons évacuer d’emblée avec le titre “Desperate Things” et sa lenteur agrippante qui enferme l’auditeur dans une mélodie pompeuse dont l’auditeur n’arrivera jamais à se défaire, un passage fait de larsen finit d’anéantir tout espoir de trouver une étincelle et ce morceau constitue le seul véritable loupé de l’album. 

"
À lire également