↓ MENU
Accueil
Première écoute
Albums
Concerts
Cinéma
DVD
Livres
Dossiers
Interviews
Festivals
Actualités
Médias
Agenda concerts
Sorties d'albums
The Wall
Sélection
Photos
Webcasts
Chroniques § Dossiers § Infos § Bonus
X

Newsletter Albumrock


Restez informé des dernières publications, inscrivez-vous à notre newsletter bimensuelle.
Critique d'album

Judas Priest


Ram It Down


(17/05/1988 - Columbia - British heavy - Genre : Hard / Métal)
Produit par

1- Ram It Down / 2- Heavy Metal / 3- Love Zone / 4- Come and Get It / 5- Hard as Iron / 6- Blood Red Skies / 7- I'm a Rocker / 8- Johnny B. Goode / 9- Love You to Death / 10- Monsters of Rock
Note de 3/5
Vous aussi, notez cet album ! (8 votes)
Consultez le barème de la colonne de droite et donnez votre note à cet album
Note de 3.0/5 pour cet album
"A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire"
François, le 23/11/2023
( mots)

Après l’ambigu Turbo, Judas Priest devait taper du poing sur la table (référence à la pochette) pour réaffirmer auprès de sa fanbase la plus fidèle qu’il était bel et bien le navire amiral des dieux du Metal et que l’épisode des guitares synthés était derrière lui. Cela tombait bien puisque l’album précédent devant être un double, le combo avait en réserve des compositions prêtes à être mises en boite. Mieux encore, dans le rabotage du second disque prévu pour le mort-né Twin Turbos, ce sont justement les pistes les plus Heavy qui avaient été sacrifiées si bien qu’au moins quatre d’entre elles se retrouvent sur Ram It Down, onzième opus du groupe.


En ouverture, "Ram It Down" témoigne de cette volonté de proposer au public l’album de la réconciliation : Halford pousse un cri suraigu pour permettre au riff et à la batterie de lancer le speed Metal qui définit le style du titre. Comment ne pas être satisfait par la montée épique qui amène le refrain et par le solo baroque d’une virtuosité rarement atteinte par le groupe ? On retrouve cette même démonstration sur l’introduction à la Van Halen d’"Heavy Metal", un titre qui s’avère hélas bien générique au-delà de ces élans guitaristiques.


Et c’est bien là qu’est le problème, qui est globalement celui de Judas Priest durant la deuxième partie des années 1980, c’est-à-dire la baisse d’inspiration dont pâti Ram It Down tant et si bien qu’on trouvera peu de choses à dire à propos de "Come and Get It", du mid-tempo "Monsters of Rock", ou de "Love You to Death" et de "Love Zone", deux titre qui ont plus qu’un mot en commun … Peut-être retiendrons-nous un peu plus l’entraînant "I’m a Rocker" et l’épique "Hard as Iron" qui, malgré ses qualités, laisse un goût d’inabouti. 


Tout de même, deux pépites méritent une attention particulière aux côtés de "Ram It Down" : "Blood Red Skies" d’abord, pour ses velléités progressives, près de huit minutes au compteur tout de même, avec une introduction qui rappelle "Beyond the Realms of Death" et certes, quelques synthés désuets. Ensuite, une reprise très originale de Chuck Berry, un "Johnny B. Goode" Heavy à souhait et doté de belles interventions de la part des guitaristes.


Hélas, à ne pas prendre de risque, Ram It Down parvient tout au plus à rassurer sans pour autant briller ; c’est en 1990 que le groupe atteindra de nouveau des sommets avec Painkiller, qui sera bien plus qu’une simple résurrection.


À écouter : "Ram It Down", "Hard as Iron", "Blood Red Skies", "Johnny B. Goode"

Commentaires
DanielAR, le 23/11/2023 à 16:29
Ca aurait pu être le poing final...
Soutenez Albumrock

Nous avons besoin de vous pour garder notre indépendance !


Barème
Sans intérêt
Raté
Très faible
Décevant
Moyen
Bon album
Très bon album
Coup de coeur
Excellent
Culte
Avr. 2024
8
Agenda concert

Judas Priest


Zénith (Paris)


Mars 2024
8
Sortie d'album

Judas Priest


Invincible Shield


Studio
Critique d'album

Judas Priest


Redeemer of Souls


Critique d'album

Judas Priest


Nostradamus


Album de la semaine

Crown Lands


Fearless


"

Les amateurs auront reconnu dans cette accroche imagée la référence à Rush, qui se justifie par les liens nationaux mais surtout esthétiques qui unissent le trio canadien historique à Crown Lands.

"
À lire également
Compte-rendu de concert